C’EST NON !

Acte 2 contre une dangereuse loi anti-démocratique

Pass Vaccinal

L’exigence de la détention d’un document officiel justifiant d’une vaccination en vue de pouvoir échapper à certaines restrictions de liberté, constitue une pente dangereuse qui pourrait bien sonner le glas de l’âme démocratique de notre société

Lire plus…

Surveillance de Masse

Avec le traçage numérique de la population la loi Covid-19, peut imposer ce système au sens large de ces applications dans notre quotidien. La mise en place d’un système de fichage et de contrôle des personnes à grande échelle

Lire plus…

Chaos Économique

La loi Covid-19 paralyse injustement depuis plus d’un an le tissu économique suisse. Elle met au tapis des entreprises, des commerçants, des artisans, des indépendants, des restaurateurs/cafetiers, et des salariés.

Lire plus…

Lorsque des mesures extraordinaires s’installent insidieusement dans le temps, il y a danger pour notre démocratie

Avec 187’433 signatures pour le référendum 2, les Amis de la Constitution ont démontré au conseil Fédéral que les 40% de votants ne lâcheront rien aux mesures qui se pérennisent et s’installent dangereusement dans notre paysage politique et social.

Le 28 novembre 2021, le peuple sera appelé à voter une seconde fois sur le maintien de la loi Covid-19, à la différence que le pass sanitaire (non indiqué dans le bulletin de vote du 13.06.2021), sera cette fois mis pour en informer la population.

Flash-back sur les dérives de cette loi de tout les dangers.

En mars 2020, le conseil Fédéral décrétait l’état de nécessité invoquant une “situation extraordinaire”. L’état d’urgence permet au conseil Fédéral d’instaurer des mesures d’exception. Des mesures massives de contraintes scientifiquement hors de tout plan pandémique, des mesures de mépris total de l’humain engendrant les drames sociaux, psychologiques, et économiques que nous connaissons tous après 13 mois de maltraitance de la population.

Sans nécessité, le conseil Fédéral a donc étendu ses compétences en matière de droit d’urgence en les inscrivant dans la législation jusqu’en 2031. La loi Covid-19 est une manœuvre de l’exécutif, elle représente un assaut contre notre constitution, une attaque à notre démocratie au profit d’un transfert des pouvoirs au Conseil fédéral. Si le OUI devait l’emporter, la Suisse subirait de plein fouet une incroyable régression démocratique sans précédant, il serait dans ce cas difficile de revenir en arrière.

Dans sa définition, l’état d’urgence est une mesure prise par un gouvernement en cas de péril imminent dans un pays sur une courte période. De fait, certaines libertés fondamentales peuvent être restreinte. Elle n’est pas vouée à se pérenniser comme souhaite le faire le Conseil fédéral jusqu’en 2031.

Le Conseil fédéral souhaiterait nous faire croire que cette loi disparate remaniée presque 8 fois en l’espace de 9 mois est nécessaire pour le soutien de l’économie (qu’elle a permis au passage de fermer…!) et que les mesures extraordinaires ne sont pas inscrites dans cette loi, ce qui est totalement faux.

La loi Covid-19 n’a eu cesse de se durcir à chaque cession parlementaire, et notamment avec le traçage des personnes, et le pass vaccinal, elle prive la population de ses droits, et elle met en souffrance l’économie à coup de fermeture arbitraire.

Pour la période suivante, le Parlement peut transférer les dédommagements dans une loi séparée ou les garantir par des arrêtés fédéraux. Une motion allant dans ce sens a déjà été déposée au Parlement afin de garantir le versement des aides sans encombre.

Au nom de la « sécurité sanitaire », la loi Covid-19 intègre des articles dangereux. Un contrôle numérique de la population discriminatoire et il sera ensuite extrêmement difficile de revenir en arrière. La loi Covid-19 doit être rejetée.

Si la loi Covid-19 devait être maintenue, c’est une décennie de violation de nos droits citoyens, sociaux, et économiques qui vont se prolonger jusqu’en 2031. C’est la pass vaccinal, le traçage numérique des individus et les pleins pouvoirs accaparés par le conseil Fédéral qui violente notre Constitution fédéral qui vont s’installer dans notre démocratie.

Les groupes de médias ont perçu d’énormes subventions durant la période du Covid-19, dont 178 millions par an du gouvernement fédéral pour faire le jeux de la désinformation. Nous avons donc tous pu être spectateur de la névrose des ces grands médias alignés sur la communication des « cas » qui explosent jours après jours, des variants (anglais, brésilien, indien [Delta]) ultra plus dangereux plus une les que les autres, et de vaccination comme Saint-Gall à la sortie de cette « pandémie ».

Le site CovidHub, pourra à ce titre vous réinformer par la prise de position d’experts et de médecins sur la réalité des faits et les dangers de la vaccination en cours.

La brochure officielle concernant les votations du 13 Juin était incomplète

« On a caché au citoyen sur quoi il allait voter en définitive. Toutefois, nous avons un moyen de nous opposer à cette manœuvre politicienne.
Les modifications introduites durant la session de printemps du Parlement peuvent en effet être combattues par le biais du référendum II qui permettra au souverain de se prononcer à nouveau sur la loi COVID-19. »
Les Amis de la Constitution

Synthèse de la gestion de la Covid-19

Extrait de l’anthropologue de la santé Jean-Dominique Michel, dans le cadre des mesures d’une enquête indépendante sur les mesures Covid-19

« La loi Covid-19 ne suit en RIEN les plans pandémies en prévision d’une pandémie qui pouvait être beaucoup plus graves que l’a été la Covid-19.« 


Sites amis